Pages

Nombre total de pages vues

jeudi 5 mars 2015

Une dame, de taille modeste, à la tête chenue, arpente la rue du Faubourg Montmartre en direction des Grands Boulevards. Elle se déplace lentement, appuyant chacune de ses mains sur une canne en bois sombre. Elle me dépasse , et la simple idée de l'avoir perdue à jamais me devient intolérable. Je me retourne, avide de déchiffrer le mystère de cette apparition émouvante.

Des bas gris tentent de dissimuler deux chevilles à la déformation douloureuse. Pourtant , ce n'est pas la souffrance qui émane de cette singulière passante , mais une force tranquille. Elle tire de la raison même de sa différence une vigueur et une patience surprenantes. Elle progresse à pas lents, personnage anachronique égaré au mileu de cette foule électrisée. Ses cannes martèlent le pavé à cadence régulière.

Elle est sûre d'elle. Elle sait où elle va. Qu'importe si la vie lui a ôté à jamais la sensation vertigineuse qu'éprouve le corps quand il s'élance dans l'espace. Dans un tiroir de sa mémoire, elle garde précieusement le souvenir de l'envol délicieux que lui permettaient ses jambes d'enfant dans sa province natale.

Sur le trottoir parisien où se côtoient sans jamais se rencontrer les destinées les plus diverses , elle va son chemin, imperturbable, et ses chevilles torturées me font soudain penser aux souches de ces arbres centenaires qui nous offrent, en pleine forêt, leur hospitalité quand nos pieds ne peuvent plus nous porter.

27 Mars 2000

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire