Pages

Nombre total de pages vues

lundi 3 novembre 2014


Les femmes ont le pouvoir et elles le font savoir! Il est loin le temps où elles se conformaient au bon vouloir d'un père ou d'un époux. On voulait leur faire croire qu'elles servaient juste de faire-valoir. Qu'il valait mieux pour elles qu'elles ne s'éloignent pas trop des passoires, de l'égouttoir, et du séchoir. Et surtout qu'elles ne fassent pas d'histoires. Point de revendications surtout! Une pincée d'instruction seulement! Hors de question de voir germer en elles le spectre de la rébellion !

Ça, c'était avant leur émancipation. Car un beau jour, elles ont envoyé au diable veaux, vaches et cochons, et accueilli en grande pompe la contraception. À plus tard, la procréation! Les hommes ont alors commencé  à se faire du mouron. Ils ont compris qu'elles avaient gagné la révolution, et que s'ils voulaient des rejetons, ils devaient être doux comme des moutons et se laisser faire des guilis sous le menton.

Certains d'entre eux, pourtant, ont fait sécession. Ils ne pouvaient admettre que des "femelles" puissent leur damer le pion. "Que ces dames retournent à de saines occupations! Leur mission est de donner le téton à leurs poupons, et pas de nous faire de grands sermons! ", s'exclamèrent-ils d'un air bougon.

La réponse des femmes ne se fit pas attendre. Elles furent offusquées d'entendre des propos aussi désobligeants. Après de longues délibérations, elles mirent sur pied un "comité de libération du mamelon" et se lancèrent, poitrine à l'air, dans l'organisation de manifestations. Elles s'en prirent à toutes les institutions , et même à la  religion.

 Et puis quoi encore ! On n'est plus à l'ère de Cro-Magnon! Les femmes occupent maintenant de hautes fonctions! Elles ne sont plus uniquement vouées à élever des morpions! Certaines poussèrent si loin le bouchon qu'elles se retrouvèrent en prison. Leurs garçons furent envoyés en pension, et on leur fit apprendre, en leçon, la tirade d'un faux cureton: "Madame,  couvrez ce sein que je ne saurais voir !"

La suite? Eh bien, je ne la connais point. Mais je crois avoir entendu dire que la révolte gronde au sein des filles des détenues, et qu'elles fomentent une révolution pour libérer leurs mères du joug de l'oppression . Plutôt mourir que de subir la sujétion de mâles dominants! Aux dernières nouvelles, elles auraient l'intention de prendre la Bastille . Enfin, c'est ce que j'ai lu dans Le Monde. Ah non, pardon , dans le Gorafi ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire