Pages

Nombre total de pages vues

samedi 14 décembre 2013

Lieu de perdition au siècle dernier , fortement réprouvé par la morale bourgeoise, le bar était le refuge des âmes balafrées , malmenées par la vie , qui y venaient recueillir un peu de chaleur et d'évasion dans une rasade de vin ou une gorgée d'absinthe . Leur fréquentation y était essentiellement masculine , ce qui engageait les filles de joie à s'y hasarder , car point de meilleur remède que les spiritueux pour délier les langues et surtout les cordons de la bourse .

Les temps ont changé . Cette  institution tant décriée a connu une réhabilitation au cours de la dernière décennie qui en a fait l'endroit le plus couru de Paris. C'est qu'il était grand temps pour lui de redorer son  blason ! Certains pâtissaient d'une très mauvaise réputation . Alors il a bien fallu redéfinir leur vocation . Le comptoir se devait de rester. Qui songerait à retirer un autel d'une église? Mais ce qui s'y trouvait derrière se devait d'être accommodé au goût du jour . Le bar à vins s'est vu  concurrencer par un nouveau venu, le bar à bulles ! Du même coup , on a assisté à la désacralisation du champagne . Plus besoin de cérémonie pour tremper ses lèvres dans ce divin breuvage.Avec lui,  c'est l'avènement du n'importe où et du n'importe quand . Paris est une fête ! Hemingway ne s'y est pas trompé.


Les bars à vins n ont pas été les seuls à trinquer . Les bistrots ont eux aussi été contraints de constater leur  déclin . Il faut dire que l éventail est large entre les bars à soupes , bars à tapas , bars à sushi et bars à pâtes . De quoi satisfaire les caprices de tous les estomacs . Chose inestimable , l'on nous épargne la lecture indigeste de cartes touffues propres à  écœurer les plus voraces d'entre nous . Plus de dilemme cornélien quant au choix du plat , puisque le principe est de proposer un seul mets, décliné sous plusieurs formes .

Comble de l'ironie , le bar , autrefois réservé principalement à la gent masculine , change de cap en se dévouant corps et âme aux femmes . Et pas n'importe lesquelles . Celles soucieuses de leur apparence et de leur bien-être . Celles qui font de l'artifice une arme fatale . Bars à chignons ou bars à franges , bars à ongles , bars à cils ou à sourires, il y en a pour tous les goûts . Les dents des femmes n'ont jamais été aussi blanches , et leurs ongles et leurs cils , aussi longs . Les hommes ont de quoi se faire du souci .

Et puis , si l'on est en manque affectif , rien de tel qu'un bar à chats . Non pas pour en consommer la chair , ni pour en revêtir la fourrure , mais pour bénéficier des vertus thérapeutiques de leur ronron . Enfin, si , après tout cela, l'on a envie de piquer du nez , pourquoi ne pas tenter le bar à siestes ? Bon, c'est sûr , il faut être certain que son voisin immédiat ne soit pas tenté de pousser un ronflement inopportun . Malheureusement, on ne peut jamais prévoir ce genre de choses . Au pire , si cela vous arrive , restez zen. Vous n'aurez qu'à traverser la rue et prendre un verre au premier bar du coin. Au moins , celui-ci, il ne vous décevra pas.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire