Pages

Nombre total de pages vues

mercredi 6 novembre 2013

Depuis le royaume des cieux, Léonard de Vinci doit être aux anges . Non parce que Mona Lisa demeure l'une des œuvres les plus prisées du musée du Louvre . À mon humble avis , le vénérable Maître doit plutôt rire aux éclats ; car  les cohortes de touristes ont beau s'ingénier à vouloir capturer , par tous les moyens photographiques possibles, le sourire évanescent de son modèle , lui seul possède  la clé de son énigme. Ce qui doit plutôt le remplir d'enthousiasme , sinon de fierté , c'est la concrétisation de son projet de 1495, dont peu de monde possède la connaissance .

Car , il faut bien le dire,  le commun des mortels , dans un souci d'épargner à sa mémoire des efforts qu'il juge inutiles, tend bien trop souvent à coller une étiquette hâtive  aux personnalités  trop complexes de ce monde . Aussi  Vinci , pour l'individu lambda , est LE peintre de La Joconde . Mais pour les curieux congénitaux  dont je fais partie , Vinci est bien plus que le créateur d'une œuvre picturale copiée et reproduite à l'infini. Il est surtout un inventeur de génie, et plus particulièrement le géniteur du premier robot humanoïde de tous les temps .

Certes le "chevalier mécanique" n'est pas parvenu jusqu'à nous . A-il seulement été conçu ou est-il resté simplement à l'état de croquis ? Nul ne peut le dire . Nous savons cependant , d'après les carnets de son inventeur , qu'il  possédait une armure et avait la capacité de mouvoir la tête , les pieds et les mains . Ce qui est sûr, c est qu'il  faut enjamber cinq  siècles pour enfin assister à la mise au point d'un robot humanoïde. Le Siècle des Lumières avait certes été le témoin de la conception d'automates insolites comme le canard digérateur de Vaucanson . Mais mis à part ce palmipède doté de la faculté de déféquer en public ( son créateur devait sans doute être anal) , rien de bien transcendant .

Avec l'avènement de l'électronique, la robotique a connu une explosion sans pareille . Dans les années 40, Asimov nous avait laissé entrevoir, dans ses récits de science-fiction,  un monde peuplé de ces humanoïdes fabuleux , voire même dangereux . Un demi-siècle plus tard, la science  s'est chargée de transformer sa fiction en réalité . Nao le robot , nouvellement débarqué dans notre galaxie , est le compagnon dont tout enfant rêve . Pas seulement les enfants d'ailleurs . Moi, par exemple , il m'émeut. Sans doute  parce qu'il me rappelle Nono , le petit robot , l'ami d'Ulysse. On m'a dit que j'aurai une chance de le rencontrer prochainement . J'ai hâte . Si cela se réalise , je pense que j'arborerai le sourire de Mona Lisa , en hommage à Léonard. Car , à mon avis, si elle demeure encore si  insaisissable ,  c'est que Vinci  a voulu garder jalousement le secret de son génie , là-haut , dans les étoiles .

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire