Pages

Nombre total de pages vues

vendredi 20 mai 2016

Il est revenu , le temps des idoles , maintenant que le divin s'est retiré du monde . Et ce sont nos écrans de tablettes qui sont devenus les temples de ces divinités païennes qui s'exposent sous tous les angles à coup de selfies millimètrés pour susciter notre dévotion , nous qui errons dans un "No God's Land " métaphysique . Le primat est accordé à la vue au mépris des autres sens , nous qui faisons de notre globe oculaire l'instrument privilégié de cette culture iconophile. Les réseaux sociaux , nouveaux gourous des temps modernes , nous édictent leurs règles : il faut "Liker" et ainsi témoigner notre vénération à ces créatures virtuelles pourvoyeuses de fantasmes si salutaires dans un monde qui nous perfuse des images de chaos d'un bout de l'année à l'autre . 

Mais avons-nous pensé que ce qui est mis en croix sur ces autoportraits à l'artificialité savamment calculée , c'est le principe même de vie qui anime nos corps et donne un souffle à notre âme ? Car si l'on se prend au jeu et versons dans cette addiction à la sur-auto-exposition digitale , l' on se voit irrémédiablement figé à un instant T , et dépossédé de ce qui fait le sel même de la vie : le mouvement . C'est une mise à mort de notre spontanéité , une déssubstantiation sans transsubstantiation possible , une objurgation à nous montrer différents de ce que nous sommes en réalité et à gommer la négativité qui menace sans cesse de nous happer. Car ne le nions pas , vivre n'est pas facile, et il n'est pas si fréquent que nous affichions un sourire à l'adresse de nous -mêmes et encore moins à l'adresse des autres .

Nous nous mentons à nous-mêmes en nous astreignant à prendre des poses glamour d'icônes de papier glacé , comme si nous voulions séduire les autres , alors que ce qui sous-tend notre quête de la vérité selfique , c'est plus une exhortation à nous aimer nous -mêmes . Ne sommes-nous pas , en effet , insidieusement soumis à une auto-dépréciation constante , nous qui devons faire face aux injonctions que nous égrène la tyrannique déesse Perfection qui régit notre monde ? "Miroir, Ô mon beau miroir, dis-moi que je suis la plus belle!" , telle est la supplication réflexive que nous nous adressons , quand nous tendons à bout de bras et à nous-mêmes, l'objectif de notre smartphone . Ainsi l'autoportrait selfique relèverait -il beaucoup plus d'un manque d'amour de soi viscéral que d'un narcissisme congénital .

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire