Pages

Nombre total de pages vues

jeudi 11 juin 2015

Tu ne me mérites pas ! Cette phrase claque comme un étendard au vent quand l'heure de la  séparation a sonné  , quand le canon tonne dans un ciel lézardé par les malentendus , les disputes , les trahisons peut-être . On la décoche comme une flèche empoisonnée , cette phrase . On lui prête des vertus létales . On espère qu'elle s'insinuera lentement mais sûrement dans la conscience de celui ou celle qui nous fait mordre la poussière , et  aussi redescendre brutalement sur terre .

On a bien essayé d'atteindre l'autre, qui se dérobe, par des tirs ciblés . Les reproches, c'est bien connu,  font partie de l'arsenal de tout belligérant qui refuse de céder une seule parcelle du terrain qu'il a occupé pendant un temps donné. Mais ce ne sont que des coups d'épée dans l'eau , des boomrangs qui nous blessent plus qu'ils ne blessent celui ou celle visé(é).  Car  les reproches engendrent inévitablement  les reproches. C'est le bouclier qu'utilisent les lâches quand ils se sentent cernés et qu'ils savent qu'ils n'ont plus rien à perdre . Remontent à la surface tous les non-dits , les colères enfouies , les frustrations subies tout au long de cette croisière à deux où l'on croyait éviter les pièges en haute mer et surtout gagner le paradis .

Le mal de mer nous saisit devant cette marée de vomissures que l'on nous jette à la figure . L'écœurement nous envahit .  L'effarement aussi . Fallait -il que nous connaissions si mal cet autre qui effaçait l'ardoise de nos angoisses et nous offrait chaque jour les gerbes du plus doux espoir ? C'est pourtant avec lui ,  avec elle que nous avons bâti le plus bel édifice de souvenirs , avec lui, avec elle que nous regardions l'avenir sans jamais plus  frémir , avec lui , avec elle, peut- être, que nous avons donné vie à un enfant chéri . C'est désormais sans lui, sans elle que nous devons parcourir les décennies à venir , c'est surtout contre lui, contre elle que nous devons nous dresser pour préserver notre propre estime et ne pas laisser sombrer notre instinct de survie .

Tu ne me mérites pas ! Derrière cette ultime parade verbale, se cache l'aveu de notre désespoir , de notre impuissance à contrer les caprices du destin . Car il serait plus juste de dire que l'on ne mérite jamais les coups bas de la vie , et moins encore ceux portés par celui ou celle qui l'a partagée avec nous , cette vie. Oui, personne ne mérite de souffrir ,et pourtant nous souffrons tous, à des degrés divers , que ce soit dans notre chair ou dans notre âme. Nous endurons le pire , sans l'avoir mérité, tout en aspirant au meilleur . Tel est le prix que nous devons payer pour accéder à notre sainteté , et à notre droit de vivre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire