Pages

Nombre total de pages vues

mardi 14 avril 2015



L'homme est un animal doué de déraison. Où que l'on regarde, on ne peut que constater son inaptitude, sa persistance même à nier les préceptes que lui dicte la sagesse. Ses réflexions ne sont jamais mûres, et ses actions le conduisent bien souvent à la négation de son souverain bien, voire à son propre anéantissement .

L'instruction, bien souvent, en lui ouvrant de nouveaux  horizons, ne sert qu'à lui donner des aspirations délirantes et défiant toute proportion. L'exploration de l'infiniment grand comme de l'infiniment petit lui confère un sentiment de domination enivrant. Il se sent comme "maître et possesseur  de la nature ." La connaissance pour lui est une arme de destruction et non un outil de pacification. Son instinct de guerrier l'incite à coloniser plutôt qu'à cohabiter avec les espèces de ce monde. Sur terre, sur mer comme dans les airs , il ne sème que douleur et désolation .

Même la religion , dont la vocation première est de relier les hommes, est victime de manipulation. Elle divise au lieu d'unir. Tombée aux mains d'individus sans foi ni loi, assoiffés de pouvoir, elle est le fer de lance de la régression et de l'oppression. Au lieu de nous guider sur la voie du bonheur, elle dresse devant nous le spectre de la terreur, l'intolérance et le néant . La suspicion , la délation et la peur sont devenus le quotidien de bon nombre de croyants .

Même les gouvernants, à court de solutions, n'occupent le devant de la scène qu'en nous proposant  le pitoyable théâtre de leurs dissensions et le spectacle farcesque de leurs liaisons à rebondissements . Même pas de quoi alimenter les fantasmes des ménagères de plus de cinquante ans, habituées à  la silhouette testotéronée de Monsieur Propre, indétronable emblème de leur gamme favorite de produits d'entretien  ....

A quoi donc accrocher nos espérances si toutes nos croyances volent en éclat, si nous accordons notre confiance à des êtres qui seront coupables un jour de trahison ? Si nous ne voulons pas devenir des Alceste fuyant le genre humain, ou des despotes sanguinaires visant à l'asservir, il nous reste à reconquérir le lien perdu avec cette nature qui nous a tant donné et que nous avons tant malmenée. Elle seule détient le pouvoir de notre guérison et saura cautériser les plaies que nous nous infligeons , tant nous nous laissons abuser par les mirages de notre déraison .



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire