Pages

Nombre total de pages vues

lundi 2 mars 2015

Quel homme n'a pas rêvé de s'élever dans les airs et de survoler les mers pour contempler la terre ! Il faut dire que  nous nous  sentons cruellement à l'étroit dans nos prisons. Où que l'on aille , on ne se heurte qu'à des cloisons , des interdictions qui font le lit de nos frustrations . Que ce soit notre habitation ou le lieu où nous exerçons notre profession , tout allume en nous notre désir d'évasion et enfante des fantasmes  d'assomption , qu'elle soit spatiale ou cérébrale .

Déjà Icare avait ouvert la voie . En s'échappant du labyrinthe , il nous montrait que l'inventivité pouvait venir à bout de tous les obstacles , qu'il suffisait d'être ingénieux pour se sortir des situations les plus inextricables . L'avènement de l'aviation , en mettant à notre disposition des machines volantes capables de traverser les nuées et voir que le soleil brille toujours là-haut , nous a ensuite permis de chausser des bottes de sept lieues pour rapprocher les  continents jusque-là si lointains. La conquête spatiale, comme une boite de Pandore,  nous a enfin bouleversés par l'infini des possibles qu'elle nous a fait entrevoir.
`
Mais la technologie n'est pas la seule à pouvoir combler nos attentes en matière de voyages . Notre imagination remplit une fonction tout aussi gratifiante. L'on peut voyager dans sa tête sans pour autant mouvoir son corps . L'activité onirique , qui plonge ses racines dans le puits sans fond de l'inconscient , nous donne les ailes d'Icare et nous permet de réaliser ce que le monde physique nous empêche d'accomplir . Pas besoin de la poudre magique de la fée Clochette pour décoller de terre . L'alliage raffiné de notre esprit et de notre âme est d'une pureté bien plus subtile  pour concrétiser ce prodige .

A cette aspiration vers les hauteurs répond une autre , tournée vers les profondeurs . Les entrailles de la terre , tout autant que les abysses sous-marins, n'ont de cesse de fasciner les dérisoires terriens que nous sommes.  Il nous faut explorer l'inexplorable, les lieux où toute vie humaine n'est pas envisageable . Sans doute pour nous faire oublier un temps les oripeaux de cette existence qui nous colle à la peau comme la tunique de Déjanire.

Mais toutes ces plongées dans l'inconnu , on a beau leur donner le nom rassurant de science . Qu'il s'agisse de spéléologie ou d'océanographie , elles ne peuvent déguiser cette  obsession qui nous tenaille  d'aller chercher , comme Alice , monts et merveilles dans le labyrinthe souterrain de notre âme.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire