Pages

Nombre total de pages vues

dimanche 15 mars 2015



L'adage" Pour vivre heureux, vivons cachés " aurait bien du mal à se vérifier de nos jours. Car quand bien même nous  parviendrions à nous soustraire à la vue de notre prochain , il faudrait aussi nous dépouiller de nos vademecums électroniques, qui, bien qu'ils soient essentiels à notre survie psychique, n'en sont pas moins des mouchards de haut vol, nous soumettant à une géolocalisation sans concession .

En nous promettant de nous faciliter la vie grâce à une orientation géographique personnalisée, les applications pour smartphones font de nous des otages du service de renseignement digital. Le moindre de nos mouvements est traqué et tracé sur des fichiers numériques à des fins multiples: commerciales pour la majorité d'entre elles, sécuritaires pour une minorité . Mais pas seulement. Le domaine des sentiments est également circonscrit à un périmètre que l'on définit soi-même sur les sites de rencontre. On se fixe comme objectif de rencontrer l'âme sœur dans un rayon kilométrique donné, en  oubliant, au passage, que l'amour véritable ne connaît pas de frontières. 

Ainsi, avec le virtuel,  le réel devient tellement transparent qu'il en perd l'une de ses qualités essentielles : le mystère. Nous voilà désormais privés de notre capacité à nous étonner et à nous émerveiller. Le plaisir d'une trouvaille architecturale insolite au détour d'une rue nous est ôté . Tout est répertorié dans un atlas numérique planétaire qui ne laisse rien au hasard. Le mot découverte, dès lors, n'a plus de  sens. Nous faisons partie de la génération des terriens blasés car trop assistés , des moribonds de la surinformation  qui se bercent de la douce illusion qu'ils vivent dans le meilleur des mondes . 

Ironie suprême...Ce qu'ils reçoivent d'un côté , on le leur retire de l'autre.  Car pour jouer la carte de la sécurité, ce monde emprunte à la dystopie orwellienne son intrusivité totalitaire. Vous voulez vivre heureux ? Alors il ne faut plus vivre caché! Avec ses armadas de caméras de télésurveillance et bientôt de drones , tout notre espace vital se voit  quadrillé , disséqué, violé par des yeux invisibles coupables d'un voyeurisme à outrance, et ce , au nom du bien de la communauté . 

Alors quoi de plus naturel que de se livrer à de l'exhibitionnisme gratuit sur les réseaux sociaux! Pourquoi tancer notre propension à tout dévoiler de notre intimité alors qu' intimité , il n'y en a plus ! De toute façon , le cloud se charge un jour ou l'autre de nous trahir. Alors , un peu plus ou un peu moins . Le numérique a eu au moins le mérite de démystifier l'idée erronée selon laquelle le bonheur , pour durer , doit être tenu secret . Superstition, quand tu nous tiens! Le bonheur n'a peur de rien . Il est libre d'aller et de venir au gré de ses envies . Et ce n'est pas les ondes électroniques , bonnes ou mauvaises , qui influeront sur sa destinée. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire