Pages

Nombre total de pages vues

dimanche 8 février 2015


Il est étonnant de constater le degré de popularité élevé que détiennent les chats sur le web. Leur visibilité sur les réseaux sociaux n'est plus à prouver . Une ailurophilie aiguë sévit ! Photos truquées,  gifs et "mèmes"hilarants inondent nos écrans. Rien de mieux, pour réveiller nos zygomatiques ankylosés par la morosité ambiante, que de voir apparaître la bouille patibulaire des Grumpy Cats,  sur lesquels nous projetons évidemment notre anthropomorphisme galopant . Des félins qui tirent la tronche , c'est quand même plus tordant que des humains à l'air chagrin . Après l'ère du Girl Power, voici celle du Cat Power !

Il faut dire qu'il n'y avait qu'un entrechat à faire entre Catwoman, farouche jusqu'au bout des griffes, et les Lolcats à la mine drolatique et aux mimines inoffensives. C'est qu'ils sont vraiment risibles à vouloir nous mimer. Du matou glouton au chaton patachon , les minets sont toujours pris en flagrant délit d'oisiveté prononcée. A travers eux, nous donnons corps à nos désirs les plus profonds, ceux-là mêmes pour lesquels nous culpabilisons quand nous les assouvissons. Car gourmandise et paresse tombent vite sous le coup de la répression dans notre société , tant cette dernière est régie par les impératifs de la minceur et de la performance. C'est pour cela qu'on les tient en respect, et qu'ils jouissent d'une impunité sacrée, ces sybarites sur quatre pattes. Car, après tout, au nombre des plaisirs de la vie, n'y a-t-il pas ceux qu'une table bien dressée procure et celui que dispense un repos bien mérité ?

  Ils étaient pourtant loin de jouir d'un tel prestige, ceux qui  apparaissaient dans les dessins animés  de notre enfance. Qu'on se souvienne des déboires de Grosminet face à Titi , ou de Tom face à Jerry . Ils n'étaient pas du tout dégourdis, les deux mistigris. Ils finissaient toujours par se faire berner par le canari zozotant et la souris au super QI. Pour redorer leur blason, Disney en a fait des chats de salon . Les Aristochats nous ont conquis par leur haute distinction, leur éducation accomplie et leurs dons artistiques . Puis Garfield a mis les pattes dans le plat en revendiquant haut et fort son goût immodéré pour les lasagnes, son aptitude inégalée pour la fainéantise, et son sadisme envers la gent canine. Le chat orange et son humour décalé arrivait à point nommé pour venger ses congénères trop souvent affligés, par des dessinateurs à la phobie féline avérée,  d'un crétinisme avancé .

Jusqu'à ce que le kitsch kawai ne s'en mêle et ne crée la chatte Hello Kitty, raz-de-marée commercial nippon qui, si elle n'a pas de bouche, saura néanmoins faire parler d'elle sur les cinq continents . Comme quoi la niaiserie n'a pas de frontières ...Que nous réservent les années à venir ? Des chats blancs ou des chats noirs ? Plutôt des chats gris , car nous sommes bien plongés dans la nuit . Vu l'actualité, on songerait plutôt à des Trashcats, des Bimbocats, des Kamikazecats aussi. Entre le sexe et la guerre , le lien n'a jamais été aussi étroit . Le chat a bien neuf vies . Il ressuscitera . Mais pas nous ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire