Pages

Nombre total de pages vues

dimanche 19 octobre 2014


On dit que tomber amoureuse est la meilleure chose qui puisse arriver. Moi qui en ai fait la récente expérience, je montrerai un peu plus de prudence dans mes affirmations. Si ce n'est pas la pire des choses qui soit advenue dans ma vie, c'est, en tout cas, de loin la plus risible.  Maintenant que ma folle passion repose outre-tombe, et que me revoilà dotée de toute ma raison, je suis donc en mesure de procéder à une dissection sans concession de cette "fameuse "relation.

Commençons par celui qui a fait les frais de mon exaltation. Bel homme, certes, aux charmantes proportions. Sa profession? Menteur. Sa vocation? Mateur.  Vous l'aurez compris, le bellâtre était l'incarnation de la perfection. D'ailleurs son air d'autosatisfaction sur la photo que je portais en médaillon avait allumé en moi des désirs bien polissons.

Que vous dire! Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point! Le fringant Apollon  avait tellement enflammé mon imagination que mon cerveau était en constante ébullition. L'excitation de mes sens était à son comble. J'assistais, tel Néron en proie à la jubilation , à l'embrasement de mes pulsions , alimentées par des fantasmes ultrapuissants . Et pour flatter l'ego du gai luron, je lui consacrai même des vers de mirliton , dont j'attends encore , soit dit en passant , la publication .

Que d'odes et d'élégies je composai pour lui! J'enviai Racine d'avoir mis, dans la bouche de Phèdre,  le flamboyant alexandrin qui, trois siècles plus tôt, avait si bien décrit mes impressions  : " Je le vis , je rougis , je pâlis à sa vue ." L'expert ès séduction me scrutait du regard, derrière sa paire de lorgnons , se demandant certainement si c'était du lard ou du cochon . Je le couvrais de baisers enfiévrés , le menaçais des pires tourments s'il s'avisait de repousser mes serments passionnés . Je me consumai, jour et nuit , corps et âme , pour un freluquet qui ne rêvait qu'aux ébats de Sasha Grey , alors que je lui infligeais mes débats sur la dualité de Dorian Gray .

Sa vie fut un enfer, la mienne un paradis . Il fut assez digne pour tout endurer de moi : mes imprécations , quand je le prenais en flagrant délit de dissimulation , aussi bien que les phases aiguës de mon adoration. Jusqu'au jour où mon envie se tarit et mon désir s'évanouit. Je mesurai alors sa désolante impuissance à combler mes attentes, et ses silences , que j'avais pris pour de la déférence, m'apparurent comme la signature de son indifférence.

Conclusion? L'introspection a ceci de bon qu'elle nous fait prendre conscience de nos hilarantes illusions et de notre  inclination innée à la romantisation. Explication? On nous élève au biberon de fictions regorgeant de fées et dragons , de princesses et donjons. Dès lors , quoi de plus normal que de prendre un motard à califourchon pour le plus bel étalon!

 Récapitulation: Plutôt que de prodiguer leurs soins à des bataillons de fanfarons , je conseille aux générations futures de femmes au bord de la pâmoison de protéger leur cœur d'une armure de plomb  et de partir en croisade contre Cupidon , qui les prend trop souvent pour de vulgaires pigeons .

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire