Pages

Nombre total de pages vues

lundi 22 septembre 2014


Si l'amour a existé de tout temps, les rites qui lui sont associés ont évolué et pris, de nos jours, un caractère bien déconcertant. En guise de témoignage de sa flamme, l'amoureux transi gravait le nom de sa bien-aimée sur l'écorce d'un arbre. Avec la migration des populations rurales vers la ville et la raréfaction de la végétation, ce sont les bancs publics qui ont servi d'écritoire et d'exutoire à la passion. Jusqu'à ce que les grilles des ponts de certaines capitales n'excitent la convoitise des couples énamourés . 

Regardez le Pont des Arts à Paris! On peut dire qu'il porte bien mal son nom. Car quoi de plus inesthétique que la prolifération anarchique de ces "cadenas d'amour" qui l'encanaillent plutôt qu'ils ne l'ennoblissent. Sans compter que c'est de tous les coins du globe que des processions de tourtereaux migrent pour accrocher aux rambardes un cadenas supposé sceller leur amour. Les tonnes  de métal rajoutées ont tellement alourdi la passerelle autrefois si gracile qu'elle n'a pu résister au poids de tant d'effusions et a vu l'un de ses pans s'abîmer dans les eaux saumâtres de la Seine . 

Funeste présage! Serait-ce donc la manifestation du courroux divin?  Peut-être, après tout, Apollon, Dieu des Arts, a-t-il voulu marquer sa désapprobation devant la profanation de ce pont célébrant le pavillon des Arts du Louvre? Peut-être que Vénus n'a pas jugé décent qu'un vulgaire objet, d'un alliage aussi vil, soit utilisé pour célébrer le culte dont elle est la plus précieuse ambassadrice ? 

Pour ma part, je pencherais plutôt pour une autre hypothèse, celle dictée par la sagesse humaine, si tant est qu'il y en ait une. Comme le disait si bien Carmen , "l'amour est un oiseau rebelle que nul ne peut apprivoiser. Dès  lors, pourquoi vouloir le mettre en cage? Pourquoi s'évertuer à le cadenasser sur un ouvrage architectural qui trempe ses arches dans un fleuve aussi intrépide  que la Seine? Serait-ce un défi lancé à l'onde, élément le moins stable qui soit sur cette terre ? 

Apollinaire l'a pourtant bien perçue,  la qualité fugace et fugitive des sentiments humains . Grâce à lui,  le Pont Mirabeau, vivant tombeau de nos amours défuntes, ne connaîtra pas le sort de son cousin des Arts. Il a compris qu'aucune armure ne résiste à la labilité des choses de ce monde. Il sait que "L'amour s'en va comme cette eau Courante " et qu'il est vain de vouloir le retenir dans les rets de notre entêtement. Au lieu de cadenasser les ponts, verrouillons plutôt notre cœur. Il  n'en sera que plus préservé des errances de la raison et du miroitement des illusions dont, immanquablement, nous sommes le jouet quand nous tombons sous les coup de la passion . 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire