Pages

Nombre total de pages vues

samedi 27 septembre 2014


Ah, les soirées événementielles parisiennes!  Elles font rêver la terre entière ! Non pas tant pour les causes qu'elles défendent que pour les fastes qu'elles déploient .

D'abord le cadre. Il n'est jamais choisi au hasard. Rien n'est trop beau pour séduire des hôtes à la fortune prestigieuse. Éblouir, tel est le mantra! Les écrins aristocratiques sont les plus prisés. Ainsi châteaux, hôtels particuliers, palaces d'époque figurent au nombre des lieux les plus convoités . Les invités, il ne faut pas l'oublier, sont, dans leur majorité,  de simples roturiers. Certains se sont même taillé une réputation en cultivant la feuille de coca au fin fond de la Colombie. Alors, pour chasser de l'esprit l'idée qu'ils ont peut-être les mains sales, on prend des gants pour les accueillir. On les courtise assidûment , même si on les méprise profondément.

Question décor, on verse plutôt dans l'épure. Rien de mieux que les grands espaces vides. Pour tout mobilier , un canapé. On ne sait jamais. Il faut pouvoir ranimer la première victime d'une overdose de champagne millésimé. Car le bar à bulles ne chôme pas.  Il faut que ça pétille dans les coupes autant que dans les yeux.  À ce titre, une escouade de serveurs zélés glisse, avec l'aisance de patineurs confirmés, sur le parquet ciré.  Un ballet savamment chorégraphié .

Quant à l'assemblée, elle est aussi hétéroclite que les specimens d'un cabinet de curiosités.  On y croise des mannequins, aussi dégingandées que désargentées, accrochées à des gnomes vaniteux au compte bancaire excédentaire. Des créatures hyaluronisées , botoxées, et collagénisées , rescapées d'un parc zoologique et en passe d'être naturalisées. Des pseudo-artistes bizarrement accoutrés aux verres fumés spécial soirée. Et officiant derrière sa table de mixage, l'incontournable DJ, amateur de chansons vintage recyclées et décibélisees.

De quoi dérider l'assistance, me direz-vous. Eh bien, vous vous trompez. Elle est plutôt figée, l'assistance. On évite de rire...de peur des rides. Mais on sourit beaucoup, présence de photographes oblige. Il faut faire bonne figure pour avoir une chance d'être immortalisée sur papier glacé. L'argent que l'on a investi dans sa robe haute couture doit être au moins rentabilisé. Sans compter celui que l'on a dépensé pour soutenir la cause humanitaire de la soirée .

Au fait, quelle cause? Peu importe! Il y aura bien un maître de cérémonie pour rafraîchir les mémoires embrumées. D'ailleurs on l'appréhende, le fameux discours! Car à force de rester debout à prendre la pose et dévisager les autres invités, on commence à avoir drôlement mal aux pieds dans des stilettos de cryptofétichistes.  Et comme on s'interdit de poser son séant sur le canapé , la torture promet d'être illimitée .

Patience! Avant le prochain événement, on optera pour  un " Loub job". Gare au contresens! Cela ne veut pas du tout dire qu'on décrochera un job chez un certain Loub. Cela désigne simplement une injection de collagène sous les coussinets des orteils , et c'est tellement plus sexy qu'une semelle orthopédique. Après, on ne s'étonnera plus de s'entendre dire "quel pied ! ".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire