Pages

Nombre total de pages vues

samedi 30 août 2014


Une brise qui fait frissonner, des transats en déshérence, un silence orphelin de rires d'enfants qui s'ébaudissent dans les vagues, tels sont les signes qui indiquent infailliblement que l'été tire sa révérence, que l'heure du départ à sonné, que le quotidien va reprendre le dessus avec son lot de servitudes qu'on avait soigneusement remisées dans un tiroir de notre mémoire. Les vacances sont bel et bien terminées. Bientôt les files d'attente interminables, les bousculades, les gyrophares et les klaxons, les rumeurs et la mauvaise humeur.

Alors on regrette d'avoir pesté contre le sable fin qui s'insinuait insidieusement dans nos sacs et nous piquait les yeux au moindre coup de vent.  On s'en veut aussi d'avoir trouvé l'eau de mer si amère quand on avait bu la tasse. Ces petits désagréments ne sont rien en comparaison de ceux qui nous attendent jusqu'à l'été prochain. Plus d'une fois nous aurons les yeux qui piquent, mais pour d'autres raisons. Et les gorgées d'amertume, on les goûtera forcément au fil des saisons .

Heureusement, on emporte, dans la valise de nos souvenirs, des moments inoubliables vécus sous un soleil radieux et un ciel sans nuages. Des amitiés qu'on aimerait durables même si elles ne seront que transitoires. Des visions de palmiers géants oscillant au gré du vent, des chants d'oiseaux matinaux qui nous ont fait aimer nous lever à l'aurore. Des sentiers ombragés dans une forêt de montagne où des rochers de titans, parés de mousse odorante, nous ont révélé une nature grandiose.

Et l'on se dit que la vie vaut la peine d'être vécue. Que quoi qu'il arrive, on reviendra un jour fouler ces plages de sable fin, on se laissera caresser par les courants marins, intimider par la voix rauque des torrents dévalant des sommets, et attendrir par de frêles fougères servant d'ombrelles à des bouquets de cyclamens. On se dit que le temps n'est pas si assassin qu'on le pense. Que ce qu'il nous prend en années, il nous le rend en sensations soyeuses et émotions précieuses. Et qu'il n'est de bonheur plus éclatant que de se sentir vivant !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire