Pages

Nombre total de pages vues

dimanche 29 juin 2014

   Il y a autant de façons de parler de l'être aimé que de façons d'aimer . On peut célébrer , à l'instar des poètes de la renaissance,  une partie du corps vénéré plutôt qu'une autre   : front , œil , bouche, sourcils, chevelure  ou même tétons , pour les plus polissons . Ce genre de poésie , qui a pour nom blason , comporte néanmoins une grande absente sur la liste des qualités qu'est en droit de posséder l'élu de notre cœur . C'est la peau .

   Et pourtant , sans elle , sans cette fine membrane qui recouvre notre chair et nous circonscrit dans l'espace  , nous ne pouvons pleinement goûter à ce délice des sens que procure une des manifestations de l'élan amoureux : la  caresse . Ce simple va-et-vient de doigts sur notre peau , qui s'épanouit dans la répétition , nous fait côtoyer les cimes de la pâmoison quand il est le véhicule d'une passion . Sans doute parce qu'il nous procure une sensation ambivalente, conjonction d' un doux frisson et de la brûlure d' un buisson ardent , fusion entre le froid et la chaud.

   Ce contact cutané , à l'apparence si banal, réussit le prodige de nous exiler de la dureté  sensorielle de ce monde qui beugle et bêle comme un troupeau de bétail dans cet  enclos qu'est notre microcosme social. Avec lui, Les mots sont superflus . Son langage purement tactile se suffit à lui- même . Il est le complément indispensable à la déclaration de deux amants , et réaffirme, au cours du temps , la permanence de leur  lien . Aussi faut-il s'alarmer quand il se fait plus rare . Sa disparition sonne le hallali d'une relation .

   Or  , s'il est une caresse qui , en toute occasion , apporte volupté et sérénité , c'est bien la caresse des mains. Les doigts qui s'entremêlent comme des lianes savent instantanément se frayer un chemin dans la jungle des émotions . Ils proclament l'union des âmes  et sont le signe ostensible de deux cœurs à l'unisson . Quand dissonance il y a , les doigts recouvrent leur liberté propre et réinvestissent leur fonction de préhension des objets du quotidien . Ils ne sont que les cinq outils d'une main. Dans le pire des cas , les doigts se font accusateurs : l'index est pointé, le majeur vulgairement dressé, et la gifle peut parfois même être infligée . La caresse fait désormais partie du royaume des limbes . Elle a peu d'espoir de ressusciter quand la désunion s'installe . On la trouve inhumée dans la crypte des amours défuntes .

   C'est au crépuscule de la vie  que la caresse prend toute sa valeur  , avec toute sa prégnance symbolique . À l'être aimé qui appareille pour l'autre monde , on prend la main , on la lui caresse . Comme pour un rite de passage. Mais le geste n'a plus d'écho et ne s'accompagne plus de réciprocité . Non pas  parce que le bénéficiaire a renoncé à tout attachement .  Mais parce que sa volonté de lutter l'a abandonné ,  qu'il sait que son départ est proche et inéluctable . Alors il laisse ses doigts pendre , comme les branches d'un arbre foudroyé , avant de s'agripper , dans un ultime  sursaut de vie , à la main de celui qui reste , et qui ne cesse de le caresser  , comme pour lui insuffler la chaleur de son amour , à lui qui ne frissonne plus , maintenant  que le froid de l'au-delà a immobilisé son corps  et pétrifié son coeur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire