Pages

Nombre total de pages vues

samedi 1 février 2014


À chaque époque , sa poupée . À l'orée du XXe siècle , la douce Bleuette était la coqueluche des petites  filles, qui mettaient à contribution leurs grandes soeurs pour la réalisation de son trousseau . Plus qu'un simple jouet , Bleuette se voyait donc investie d'une mission : initier les jeunes filles aux travaux d'aiguille . Un quart de siècle plus tard , le rôle dévolu aux poupées évolue. Bleuette est définitivement remisée dans les malles à souvenirs,  et la pulpeuse Barbie reçoit les honneurs du red carpet. Avec ses mensurations à faire damner un saint , la poupée mannequin sexy invite désormais  ses propriétaires à délaisser leur corbeille à ouvrage afin de vouer un culte à leur corps  . Quelques décennies plus tard , une armada de poupées grimées et grimaçantes inonde les vitrines , héroïnes maléfiques  de nos époques troublées . Nos aïeules doivent se retourner dans leur tombe . Pouvaient-elles imaginer que l'instrument de l édification morale de leurs descendantes serait à ce point perverti ?

Il faut dire qu'en leur temps , le mal ne jouissait pas d'un tel prestige . Dark Vador n'était pas encore né. Les fillettes lisaient " La Semaine de Suzette" , un hebdomadaire prônant les sacrosaintes valeurs morales et religieuses de la IIIe République . Pour rassurer les parents des chères têtes blondes, "Tante Jacqueline" , chargée de répondre au courrier des lectrices en herbe ,  insistait sur la visée éducative du magazine : "Aider à semer dans la jeune âme de votre enfant la bonne graine ." Après cela , plus aucun souci à se faire quant aux modèles de vêtements proposés pour habiller Bleuette . Rien de bien affriolant ! Entre les  robes de broderie anglaise et les casaques à nœuds flottants , les bérets de  satin ou les charlottes en dentelle , il y avait juste de quoi faire fantasmer un enfant de chœur .  Et encore ...


Il est vrai que l'on croise encore, dans les environs de l'église d'Auteuil, les dignes descendantes de la divine Bleuette . On les reconnaît à leur raie sur le côté , leur robe à col Claudine , leur manteau en mérinos bordé de velours et leurs chaussures vernis. Je suis certaine que leurs mères doivent veiller , comme "Tante Jacqueline ", à ce qu'elles observent  les principes de la bonne éducation bourgeoise . Il est aussi fort probable qu'elles demandent à leur progéniture de détourner les yeux quand , par hasard, elles ont le malheur de passer devant une vitrine de jouets ou trônent les nouvelles égéries des pré-adolescentes. Maquillées comme des voitures volées  et  perchées sur des stilettos aux talons démesurés, les héritières de Dracula et de Frankenstein  attirent le regard des passants par leurs postures provocantes tout autant que leurs tenues flashy outrageusement moulantes .

Vade Retro Satanas! , doivent grommeler les mères effarées en se faisant le signe de croix. Mais le Malin est plus fin qu'on y pense . Ses diablesses ont plus d'un tour dans leur sac . Grâce à leur suppôt indéfectible , le marketing  , elles s'immiscent sous toutes les formes possibles dans les boutiques les plus variées . Supermarchés , papeteries , librairies , magasins de confection,  confiseries même , elles font un véritable carnage , et poussent le vice jusqu'à  voler la vedette aux héroïnes de séries télévisées en figurant en tête de gondole des boutiques de DVD. Le côté obscur de la force fait fort ! Très fort! Car il prend maintenant pour cible les fillettes ingénues et instillent en elles une fascination pour le monstrueux .

 Remarquez , on le côtoie tous les jours , le monstrueux . Les médias s'en repaissent . La liste est longue des atrocités commises sur les enfants :.bébés congelés , adolescentes séquestrées, enfants-soldats embrigadés , nouveaux-nés décharnés, sans parler de tous ces malheureux massacrés dans des guerres dont ils ne comprennent pas le sens;  l'horreur se répand comme une traînée de poudre sur tout le globe . Alors l'on comprend que Bleuette soit passée aux oubliettes  et que Barbie songe aux barbituriques  face à des goules bien gaulées . Et les garçonnets dans tout ça ? Sont-ils oubliés ? Que nenni! Dark Vador règne en maître . Certes, sa cape sent  la naphtaline , mais grâce à son masque, Il n'a pas pris une ride .  Alors je gage que  son charme va opérer pour des années lumières encore , et qui sait, la théorie du genre fera peut-être qu'il fascinera les enfants de tout âge et de tout sexe confondu. Seul l'avenir nous le dira...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire