Pages

Nombre total de pages vues

vendredi 27 décembre 2013

La cuisine , cela n'a jamais été ma tasse de thé . Voyez- vous , je veux bien consacrer  du temps à dresser une table pour recevoir dignement des hôtes de marque , mais je ne dérogerai par contre jamais  à mes habitudes de non-ingérence dans le domaine culinaire . C'est que je serais bien capable d'affoler les palais en voulant jouer aux apprenties sorcières . Étant de nature encline à l'expérimentation , je me verrais bien proposer des mixtures offensant le goût tout autant que le bon goût .

Or rien de plus fatal , pour une réputation , que de la ternir par un excès d'excentricités gustatives . Nos entrailles sont sacrées , c'est d'ailleurs pour cela qu'elles étaient choisies , dans l'antiquité , par les haruspices , pour exercer leurs talents divinatoires . Il n ´est donc guère bienséant  de les incommoder par des flatulences intempestives ou de leur infliger des contractions douloureuses ayant pour résultante le retranchement inopiné d'un convive dans le cabinet d'aisance...

C'est sans doute pour éviter de pareils désagréments que bon nombre d'émissions télévisuelles mettent les petits plats dans les grands plats en proposant aux téléphages des cours de cuisine des plus raffinés . L'on nous donne à admirer le savoir-faire d'un chef étoilé maniant avec brio aussi bien les ustensiles que les ingrédients les plus rares . Force est de constater que la poésie n est plus l'apanage des amoureux transis en mal de chair. Elle a aussi investi le champ des amoureux de la bonne chère . L'on se pâme rien qu'à l'évocation d'aumônières ou de ballotines de crêpe . Que dire de la subtile transsubstantiation que laisse supposer une "île flottante revisitée  façon forêt noire " . Les voies du Seigneur sont impénétrables ...


Mais là où la mayonnaise ne prend pas , dans mon cas ,  c'est quand de piètres  candidats à l'excellence , embrigadés volontairement dans un concours culinaire , suent sang et eau pour obtenir l'approbation d'un aréopage de gastronomes réputés . Il n'y a pas à dire , j'ai l'estomac qui se noue rien que de lire,  sur le visage de ces pauvres bougres , sommés de réaliser en un temps record les mets les plus délicats , les crispations induites par l'angoisse . Sans parler de la sentence des juges qui s'ensuit et qui achève de plonger certains d entre eux dans une dépression instantanée ...

Non , vraiment , je ne regrette pas de laisser à d'autres les plaisirs de l'épluchage , découpage , éminçage,  tourage ,  dégazage , et que sais-je encore ! Et la cuisson, parlons-en de la cuisson! Trop cuire ou pas assez cuire , telle est la question. Il suffit de quelques minutes pour que vous passiez de cordon bleu à cordon noir , après quoi il ne vous reste plus qu à l'utiliser pour vous en faire un nœud coulant et  échapper au sourire figé des apôtres du goût réunis à votre table . De toute façon, n' ayez aucune crainte ! L'un d'entre eux vous trahira . Ne le prenez pas mal. Il vous rendra service.  Finie la corvée des fourneaux ! On prétextera une indisposition passagère ou une indisponibilité soudaine à votre prochaine invitation . Et c'est tant mieux , car , je vous le garantis , pour qui fait profession de gourmandise, rien de tel pour savourer la vie que de se mettre les pieds sous la table ...





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire