Pages

Nombre total de pages vues

vendredi 18 octobre 2013

De la tendresse, c'est le terme qui me vient à l'esprit  quand je repense à cette toile de William Burton , où  un homme richement vêtu semble exhaler son dernier soupir dans les bras d'une femme à la tenue austère. A proximité de la main du mourant  , gît le manche ouvragé de son épée brisée, dont la lame a transpercé un arbre. Un homme en noir , dont l'imperturbabilité nous interpelle, contemple la scène . Eparpillées parmi les ronces, quelques cartes à jouer, comme pour nous rappeler que la vie n'est qu'un jeu de hasard .

 Le titre de l'oeuvre , "The wounded cavalier ", nous renseigne sur le statut du blessé. Il s'agit d'un  royaliste rallié à la cause de Charles I en pleine révolution anglaise. Mais la toile est bien plus qu'une préfiguration de la mise à mort de la monarchie absolue . Ce qui me trouble dans la représentation de  cet homme à l'agonie, ce sont ses traits et ses attributs sartoriaux si typiquement féminins . Car son exécution au sens pictural , comme un écho à son exécution au sabre , lui dénie toute virilité .

Que l'on s'attache à la finesse de l'étoffe de sa chemise brodée , dont la blancheur immaculée cingle le rouge sang de l'écharpe qui lui ceint la taille ; que l'on s'attarde langoureusement sur son visage diaphane qu'encadre une chevelure dorée , et l'on est submergé par la douceur angélique de cet homme que l'inconnue , dans un geste maternel , tente d'arracher aux griffes de la mort .

Le mot " wounded" me semble en effet trop faible . La blessure est fatale . L'âme de l'homme exsangue s'apprête à prendre son envol comme le papillon délicatement posé sur la lame meurtrière . Car l'homme vêtu de noir ,à l'immobilité dérangeante ,ne fait rien d'autre que prêter à la faucheuse sa verticalité phallique et menaçante .

Ce mourant que je rêve d'étreindre , c'est un peu le Christ descendu de croix , une croix qui se devine derrière l'épée qui traverse le tronc d arbre à l'oblique . Et cette inconnue , c'est un peu l'incarnation de toutes les femmes qui pansent les plaies de l'être aimé sur lequel le destin a choisi de faire son festin .



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire